Savourer le temps ...

 

Quel meilleur reflet d'un millésime que la cuvée M ? Ici, pas de levier de l'assemblage, avec d'autres cépages, où la force des uns complète la faiblesse des autres.
Pas de levier non plus de l'élevage en barrique, venant compléter la palette aromatique et la puissance d'un vin.

Chaque millésime est unique

 

En 2014, le démarrage du cycle végétatif est précoce. Les températures printanières sont plus élevées que la moyenne, l'avancée des stades phénologiques est plus rapide. Le 6 Juillet, nous sommes chanceux et évitons la catastrophe de peu. Un terrible orage de grêle s'abat à quelques kilomètres du domaine, ravageant des centaines d'hectares de vigne.
Nous sommes justes en bordure, les quelques impacts de grêlons que nous subissons sont sans conséquence, la vigne ayant bien cicatrisé avec l'été sec qui a suivi. Le temps des vendanges est clément, la récolte se déroule sereinement.

 

En 2015, le schéma climatologique est bien différent de l'année précédente. Il est le souhait de tout agronome en région méditerranéenne. L'automne 2014 et l'hiver 2015 sont bien arrosés, reconstituant la réserve hydrique des sols et sous-sols. L'hiver est froid, le débourrement est plus tardif de 10 à 15 jours par rapport à 2014. Par contre, les mois d'avril mai et juin sont chauds, accompagnés d'une bonne averse toutes les 3 semaines à 1 mois.

Dans ces conditions, la réserve microbienne s'épanouit, les sols fonctionnement à plein régime, la matière organique que nous avons apportée est optimisée. La vigne puise tout ce dont elle a besoin, la nutrition minérale est abondante et parfaitement équilibrée. Juillet est sec. En Août, deux épisodes pluvieux accompagnent la vigne alors que la température est élevée. La météo des vendanges a été plus délicate, alternant entre soleil et tramontane d'une part, et d'autre part avec un vent marin humide, parfois pluvieux ou avec des brumes matinales. Nous sommes alors heureux d'avoir réalisé tous les gestes de conduite : ébougeonnage, relevage soigné des rameaux, effeuillage, éclaircissage. Ils nous permettent malgré la météo de laisser les raisins sur pied afin d'atteindre la maturité optimale. A la récolte, le tri est drastique, nous ne rentrons en cave que des raisins parfaitement sains.

 

En 2016, le dĂ©ficit pluviomĂ©trique est marquĂ© sur l'automne et l'hiver 2016, mais aussi sur le reste du cycle. La pluviomĂ©trie cumulĂ©e d'octobre 2015 Ă  septembre 2016 est dĂ©ficitaire d'environ 50% par rapport Ă  la normale. Les tempĂ©ratures hivernales douces gĂ©nèrent un gonflement prĂ©coce des bourgeons, mais le printemps plus frais a pour consĂ©quence une croissance lente de la vĂ©gĂ©tation. Quelques pluies printanières accompagnent la croissance vĂ©gĂ©tative jusqu'Ă  fin juin.  Juillet et aoĂ»t sont particulièrement secs, les tempĂ©ratures sont chaudes en juillet et dans les normales en aoĂ»t. Les baies sont de taille modĂ©rĂ©e, laissant prĂ©sager une certaine concentration du millĂ©sime. L'Ă©tĂ© se poursuit en septembre, qui est marquĂ© par des journĂ©es très chaudes en dĂ©but de mois. Quelques Ă©pisodes pluvieux modĂ©rĂ©s accompagnent la fin de la maturation du mourvèdre en Ă©vitant les stress hydriques trop importants, La rĂ©colte a lieu dans les premiers jours d'octobre.

 

 

 

Le temps de la dégustation

 

L'émotion de la dégustation de M est intimement liée à son ingrédient secret : le temps. En effet, le caractère évolutif d'un vin qui n'a connu qu'une prison de verre pour s'épanouir constitue l'intérêt de notre démarche. Le vin est un produit vivant, qui naît, vit et s'éteint.

 

A travers la présentation simultanée de plusieurs millésimes, nous figeons le temps : au moment de leur dégustation, ils sont chacun à un stade précis de leur évolution, lente et intrigante, que nous sommes toujours impatients de découvrir.

Aussi, il est important de recueillir et partager nos impression gustatives, non pas uniquement sur les caractéristiques intrinsèques de la cuvée M à un moment donné, mais aussi sur son évolution.

 

 

 

 

M 2014

 

Novembre 2016 

La robe grenat présente des reflets violacés, traduisant une certaine jeunesse du vin. Le premier nez, discret, s'ouvre ensuite à l'aération sur une aromatique raffinée de réglisse et d'épices douces.
La bouche révèle un bel équilibre du triptyque tanins - aromatique - fraîcheur.
Un carafage de 24 Ă  48 heures permet au vin de s'exprimer pleinement.

 

 

FĂ©vrier 2017 

Robe grenat, soutenue, brillante.
Le nez est délicat, subtil, avec une aromatique de réglisse, griotte, tabac bloc.

En bouche, l'attaque est souple, puis le milieu de bouche charnu révèle les épices, la réglisse, le tabac, quelques notes fumées.

La finale est charpentée et les tanins sont jeunes, présagent d'un important potentiel de garde.

Carafer entre 24 et 48 heures à l'avance, servir entre 18° et 20°C

 

Septembre 2017 

Robe cerise soutenue, brillante.
Le nez est franc avec une aromatique de réglisse, griotte, tabac blond, l'arôme de cassis typique du Mourvèdre commence à poindre.

En bouche, l'attaque est souple, puis le milieu de bouche charnu révèle les épices, la réglisse, le tabac, quelques notes fumées.

La finale, qui rappelle la pâte de fruits, est souple, ronde, aux tanins polis.

Le carafage ne paraît plus nécessaire, servir vers 18°C

 

 

 

M 2015

 

Novembre 2016 

La robe est violacée, le vin a tout juste un an.
Le nez présente une belle intensité aromatique, le fruit mûr domine.
La bouche est dynamique, avec des tanins affirmés et fins. L'aromatique finale est d'une bonne longueur.
Ce vin peut être apprécié dès le débouchage, le carafage n'est pas nécessaire.

 

 

FĂ©vrier 2017 

Robe profonde de couleur rubis.
Le nez est ouvert, expressif, sur les fruits mûrs, et les fruits à l'eau de vie. On ressent aussi des notes florales fraîches, de violette et de giroflée.
L'attaque est franche, la bouche est ample, dynamique, généreuse et structurée. La gamme aromatique est très cohérente avec le nez.
Le carafage n'est pas nécessaire, servir entre 16° et 18°C.

 

 

 

Septembre 2017

Robe de couleur pourpre.
Le nez est subtil, sur les Ă©pices, le poivre blanc.

On ressent toujours des notes florales fraîches, de violette et de giroflée.
L'attaque est franche, la bouche est ample, structurée, soutenue par une belle fraîcheur.
Le carafage est recommandé à ce stade, servir vers 18°C.

 

 

 

 

M 2016

 

Septembre 2017

Robe rubis intense, profonde.
Le nez est généreux : fruits mûrs, confiture, et présente des caractères fermentaires encore dû à la jeunesse.

La bouche est opulente, puissance, les tanins sont fermes et augurent une belle densité. Les arômes sont tantôt fruités, épicés, réglissés.
La fraîcheur est bien présente et équilibre l'ensemble.

Attendre encore 6 mois d'affinage.