Toute une histoire

 

Au vin sont associées le partage, la convivialité, l'échange, le bonheur, la joie de vivre, et tant d'autres valeurs positives.

Lorsque l'on est vigneron, c'est aussi à travers les vins que l'on élabore que l'on souhaite s'exprimer et échanger avec ceux qui les apprécient et sans qui nous n'existerions pas.

 

"  En 1965, j'ai pris la suite de mon p√®re Joseph sur le domaine familial. La r√©gion √©tait majoritairement orient√©e vers la production de vins de masse. Toutefois, avec quelques vignerons persuad√©s du potentiel de nos terroirs, nous Ňďuvrions pour l'am√©lioration qualitative et la reconnaissance de nos produits. Le Minervois √©tait d√©j√† depuis 1936 reconnu VDQS (Vin D√©limit√© de Qualit√© Sup√©rieure).

Lors de la vinification du mill√©sime 1968, je r√©alise ma premi√®re vinification en mac√©ration carbonique. Jean-Henri DUBERNET, oenologue-conseil, nouvellement arriv√© dans la r√©gion et fondateur du laboratoire √©ponyme en fut l'initiateur. Quelle r√©v√©lation ! Gr√Ęce √† cette technique, le Carignan a perdu sa rusticit√©, les tannins sont plus enrob√©s, le gain aromatique est ind√©niable.

 

La quête qualitative se poursuit dans les années 70, la compréhension des terroirs est meilleure. Les expérimentations techniques de cépages préconisent l'implantation de Mourvèdre sur notre secteur du Minervois, le plus proche de la méditerranée, le sol et le climat lui étant particulièrement favorables. Ce cépage d'origine espagnole était présent ici par le passé, ma mère née en 1899 se rappelait l'avoir connu. Inadapté à la production de vin de masse, il a été abandonné. Il était temps de le faire revivre.

 

Une visite en Bandol, o√Ļ le Mourv√®dre est le c√©page roi, et apr√®s quelques √©changes techniques avec des vignerons de cette appellation, je suis convaincu d'en planter. C'est chose faite en 1984. Deux ann√©es plus tard, en 1986, le Minervois est reconnu Appellation d'Origine Contr√īl√©e, le Mourv√®dre fait partie des c√©pages du d√©cret d'appellation.

 

L'apprentissage fut difficile. Cépage capricieux, exigeant, fougueux, dans se jeunesse, il ne tolère aucune erreur, il est indispensable d'être à son service. La macération carbonique est pratiquée depuis 20 ans au domaine lorsqu'il entre en production, elle lui va à ravir.

 

Que de travail mais quel bonheur de déguster un Mourvèdre pur exprimant pleinement son potentiel !

 

Pierre Fil "